Samedi 18 Mars 2017 : Rassemblement pour la Justice et la Dignité

Adama, Ziad, Bouna, Rémi, Théo et tant d’autres, victimes des violences policières, qui restent trop souvent silencieuses.

Ces comportements sont favorisés par la banalisation du racisme et la trop grande impunité des actes commis par des policiers. Ce sont bien entendu les quartiers populaires qui sont le plus souvent touchés par ces agressions, ces contrôles au faciès.

De plus, la façon dont le gouvernement Hollande a décidé de traiter les migrant-es est intolérable. Aussi l’accueil des migrante-s dans des conditions dignes et la régularisation de tous les sans-papiers doivent être opposés à l’Europe forteresse.

Ce climat délétère dure depuis trop longtemps. L’état d’urgence, la libération de la parole raciste, la criminalisation des mouvements sociaux, la « chasse » aux migrant-es entretiennent cette situation pourtant régulièrement dénoncée par le défenseur des droits, la Cour européenne des droits de l’homme, comme étant inacceptable dans un État de droit. La France prouve malheureusement qu’elle n’est pas un modèle en ce qui concerne le respect des droits de l’homme.

Cependant ces actes ignobles ne sont possibles que par le recul de l’État de droit au profit d’une logique sécuritaire. Ces actes ne viennent pas de nulle part, ils ont une histoire ; le mépris des populations issues des territoires colonisés, ont, en leur temps, façonné cette répression et certaines méthodes de maintien de l’ordre « à la française », à la place d’une protection dans une relation de proximité, exercée dans le respect des personnes et de leurs droits.

Toutes ces raisons ajoutent du ressentiment et de l’injustice à cette situation qu’il faut aujourd’hui stopper.

Rassemblement à Caen, Place Bouchard, Samedi 18 mars à 15h.

Premiers signataires : Solidaires 14, UL CGT Caen, UL CGT d’Hérouville St Clair, FSU 14, UNL 14, Ensemble ! 14-61, NPA, PCF14, EELV 14, Ligue des Droits de l’Homme Caen, Attac 14…

Nous appelons à manifester parce que :

– La revendication légitime de Vérité et de Justice portée par ces familles victimes de violences policières doit être soutenue.
– La banalisation des discours, des actes racistes et leur caractère structurel sont inacceptables.
– Les droits démocratiques doivent être défendus face à l’Etat d’urgence et des mesures liberticides qui touchent particulièrement celles et ceux qui subissent le racisme.
– L’accueil des migrant-e-s dans des conditions dignes et la régularisation de tous les sans papiers doivent être opposés à l’Europe forteresse

tract-19-mars-version-a5-v5

Publicités